L’idée de faire du Togo un hub économique des affaires est une vision incontournable pour le gouvernement togolais. Pour cela, le pays renforce son dispositif d’attractivité économique.

Grâce à ce renforcement, le pays note plus de 4000 entreprises créées, dont le quart par les femmes, en ce début d’année 2020, selon le centre de formalités des entreprises (CFE).

D’après le coordonnateur national de la cellule climat des affaires, Sandra Johnson, c’est une avancée considérable. Pour elle, le Togo doit toutes ces inspirantes statistiques à la volonté des pouvoirs publics de faire beaucoup mieux que le dernier classement Doing Business, qui a sacré le Togo, troisième pays réformateur au monde et premier en Afrique.

« Clairement, ces résultats sont le fruit d’un travail collectif et traduisent les efforts du gouvernement, résolument engagé dans un processus profond de transformation de l’économie togolaise », a expliqué Mme Johnson.

« Nous restons donc fermement engagés à maintenir le cap des réformes pour de plus grands succès en ce moment où notre pays entre de plein pied dans la mise en œuvre de son ambitieux plan national de développement 2018-2022 qui a identifié l’amélioration du climat des affaires comme l’un des facteurs clés du succès » a promis la Coordonnateur national de la cellule climat des affaires.

En effet, au premier trimestre 2020, environ 3668 nouvelles entreprises ont été créées, soit 37,48% de l’ensemble des créations d’entreprises enregistrées l’année dernière. 25% parmi elles ont été initiées par des femmes. De fait, ces chiffres équivalent à près de 90% d’entreprises créées dans le pays depuis le début de l’année, soit 4304 au total.

Par-dessus tout, 77% de ces nouvelles entités soit 3324 ont été créées par des togolais et les 23% restants, ce qui correspond à 980 sont l’œuvre des étrangers.

Notons que le climat des affaires, fait partie des axes prioritaires du programme national de développement (PND) et l’arsenal de réformes retenues par les autorités pour lutter contre la corruption, moderniser l’administration et le système judiciaire, et contribuer à la croissance d’une économie inclusive par la création de l’emploi.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here