Ils l’ont annoncé lors de leur journée ! Les pharmaciens du Togo veulent mettre fin à l’usage abusif des antibiotiques.  Banalisé par les populations, l’usage des antibiotiques devrait pourtant respecter des normes strictes. Pire, ces médicaments sont dans le commerce illicite…

Conséquence, les populations peuvent se procurer ces molécules sans aucune prescription. Le phénomène est devenu un véritable souci de santé public. Dès lors, l’OMS en fait aussi un cheval de bataille. Au Togo, l’ordre national des pharmaciens (ONAT) avait annoncé vouloir s’attaquer à la situation. Il mise donc sur la sensibilisation des populations, la formation des professionnels de la santé pour venir à bout de ces pratiques.

Innocent Kpeto, président de l’ONAT a réaffirmé l’engagement de ses pairs à offrir aux togolais des médicaments de qualité. Jeudi 21 novembre à Lomé, lors d’une rencontre d’acteurs de la santé, appuyée par l’OMS, il a rappelé « qu’il faut un changement de comportement ! ». Dr Kpeto a particulièrement pointé du doigt le ciprofloxacine. Cet antibiotique extrêmement puissant mais vendu comme de petits pains au Togo.

Généralement, l’on ignore les conséquences de cette pratique. Outre le développement d’une résistance aux antibiotiques, le consommateur se tue à petit feu. Et pour cause, pris sans prescription, l’antibiotique est mal indiqué et cause d’effets secondaire destructeurs.

Le Togo qui ambitionne de devenir un hub logistique devra compter avec sa population. D’où l’impératif d’accorder une attention particulière à la santé publique. Lors de leur journée, début novembre, les pharmaciens ont quant à eux pris l’engagement de jouer leur partition. Une manière de contribuer eux-aussi à la réalisation du PND, avait fait savoir Innocent Kpeto.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here