Suite à la suspension de deux mois de l’hebdomadaire l’Alternative et de quinze jours du quotidien Liberté, le patronat de la presse togolaise (PPT) demande à la haute autorité de l’audiovisuel et de la communication (HAAC) de reconsidérer sa position, afin d’ éviter des tensions inutiles et développer un climat de méfiance envers Marc Vizy, l’ambassadeur de la France au Togo.

Pour le PPT, le Togo a plus besoin de l’ensemble de la presse pour faire face à la pandémie de Covid 19 en ces moments.

Il estime également que la HAAC est allée au-delà de la plainte de l’Ambassadeur de France au Togo, Marc Vizy qui avait laissé la possibilité d’un règlement à l’amiable. Ainsi, il aurait souhaité que la HAAC laisse les confrères concernés saisir les tribunaux.

En effet, le lundi 23 mars 2020, la HAAC a rendu publique les décisions portant suspension de parution de 15 jours de publication du quotidien Liberté, à compter du 25 mars 2020 et de 2 mois du bihebdomadaire l’Alternative.

Ceci fait suite à une plainte contre ces deux journaux faite par l’ambassadeur de la France au Togo. Ces suspensions s’expliquent par la publication d’un article dont la véracité n’est pas établie et qui comporte des affirmations gratuites.

Ainsi, ils sont condamné pour le non respect des règles professionnelles en violation des dispositions du code de déontologie des journalistes du Togo, du code de la presse et de la communication et de la loi organique relative à la HAAC.

Pour rappel, le patronat de la presse togolaise, lancé le 17 février 2014, est une organisation, regroupant des patrons de presse, avec pour souci de promouvoir la viabilité des entreprises de presse au Togo.

Il a pour objectif de défendre les intérêts matériels et moraux des entreprises de presse, de contribuer aux développement du secteur de la presse et de favoriser un environnement propice à l’exercice d’une presse libre.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here