Deux membres de la coopérative ''Femmes vaillantes". Image, Banque Mondiale

C’est à 200km au nord de Lomé, à Anié que la Banque Mondiale a découvert la coopérative Femmes vaillantes. Pour l’institution de Breton Wood qui accompagne les actions de développement au Togo, l’histoire de cette coopérative est encourageante. Femmes vaillantes produits du riz 100% qualité supérieure atteste la Banque Mondiale.

La coopérative a alors fait l’objet d’un reportage publié sur le site de la Banque Mondiale. Il est retracé le parcours de l’organisation paysanne et ses succès. Douze femmes tiennent les rênes de ce qu’il convient désormais d’appeler une entreprise. Et au départ de cette l’aventure, le projet pour la productivité en Afrique de l’Ouest (PPAAO) financé à hauteur de 32,8 milliards de dollars par la Banque Mondiale.

L’agriculture togolaise devient ainsi à travers ce projet-un parmi tant d’autres- un secteur porteur de développement. Le cas des Femmes vaillantes l’attestent. Ceci, grâce à l’encadrement technique des services de l’Etat ; mais aussi des initiatives au plan local comme le MIFA.

Avec le PPAAO, les Femmes vaillantes sont passées de l’étuvage rudimentaire avec du riz non décortiqué à un vrai étuvage. Le PPAAO les a dotés d’une étuveuse. Résultat : des riz sans brisure et propres. Aussi, ont-elles amélioré leur productivité comme le prévoient les objectifs du projet. De deux tonnes par hectares, la coopérative est passée à sept. Elle produit aussi 800 kilos de riz étuvé de qualité supérieur par semaine.

Dans le reportage consacré à la coopérative, on apprend aussi qu’elle projet construire un centre de production. Si les membres ont témoigné de l’amélioration de leur qualité de vie ; il faut dire qu’elles ont surtout des marchés. Les Femmes vaillantes ont aussi amélioré la visibilité de leur produit avec un emballage plus adapté. Comme quoi, à cœur vaillant, rien d’impossible.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here