Le chef de l’Etat, Faure Gnassingbé, veut que la campagne de l’élection présidentielle se déroule dans les bonnes conditions et sans violence. C’est le message du leader du parti union pour la république (Unir), partout où il passe. Il l’a encore martelé à Niamtougou, chef-lieu de la préfecture de Doufelgou, dans la région de la Kara, le vendredi 7 février 2020.

« Je souhaite que la campagne soit paisible, sans violence et respectueuse. Population de Doufelgou, je vous invite à faire preuve d’humilité, de sagesse et de responsabilité. Que cette campagne soit respectueuse de nos adversaires », a adressé au public Faure Gnassingbé.

Pour lui, la priorité est que l’élection se déroule dans la paix et sans violence. Et pour cause, quand il y a la violence, tout le monde est perdant. «Au moment des élections, les paroles se jettent et on a l’impression que des adversaires deviennent des ennemies, hors l’élection est un grand débat au terme duquel il faut choisir », a expliqué le président Faure.

« J’insiste particulièrement que ceux qui me font honneur de me soutenir, d’adhérer à ma politique et de voter pour moi, s’ils veulent le faire, qu’ils le fassent sans violence et dans la paix », a insisté le président en ajoutant qu’ils doivent mener une campagne exemplaire.

Il a également demandé à la population de la préfecture de Doufelgou d’être ses porte-paroles ; en expliquant aux autres, son bilan, ce qu’il a fait et ce qu’il n’a pas pu faire et surtout pourquoi.

Faure Gnassingbé sollicite encore une fois la confiance de la Nation. « Le peuple togolais est souverain et se doit de choisir son dirigeant. Je prie Dieu, et compte aussi sur vous pour que cet honneur me soit fat », a-t-il ajouté.

Avant Niamtougou, le chef de l’Etat était dans la ville de Tchamba, située dans la région centrale, à plus de 360 km au Nord de la capitale, où il a été témoin de la signature d’un mémorandum d’entente entre le mécanisme incitatif de financement agricole (MIFA) et le African Guarantee Funds (AGF), ex Fonds Gari.

Dans la ville de Tchamba, il a exhorté les togolais aux travail. « On peut créer le Mifa mais si nos jeunes n’entreprennent pas, les financements vont rester là-bas, on ne les consommera pas ».

Après Niamtougou, le candidat s’est rendu à Kantè et Kétao, dans la préfecture de la Binah dans la région de Kara.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here