Le président de la République togolaise, Faure Essozimna Gnassingbé a mobilisé un financement de 7 milliards 5 millions de francs CFA auprès du Fonds Khalifa, pour soutenir le mécanisme d’incitation au financement fondé sur le partage des risques (MIFA), dans ses efforts d’accompagnements du secteur agricole.

Ceci, dans le but de mobiliser les moyens pour que l’objectif d’accompagnement d’un million de producteurs par le MIFA soit réalisé afin d’atteindre les objectifs du plan national de développement (PND).

Grâce à ce financement, environ 4000 micro, petites et moyennes entreprises vont jouir d’un financement compétitif.

Le MIFA compte accompagner 2864 micro entreprises. Ces dernières vont bénéficier entre 2 millions 500 mille à 5 millions de francs CFA à un taux de 7,5%. 8600 emplois devront être créés. Le mécanisme va aussi accompagner 163 moyennes entreprises ; avec des financements compris entre 12 millions 500 mille et 25 millions à un même taux avec la création de 1126 emplois.

La stratégie de financement consiste à financer en grappe, les acteurs intervenant sur les maillons de production, transformation et service des chaînes de valeur des filières retenues.

A cet effet, un mémorandum d’entente a été signé le lundi 3 Février 2020, à Tchamba, dans la région centrale, à plus de 360 km au nord de la capitale, entre le MIFA et african ganrantee funds (AGF). Ce dernier est chargé du suivi de la gestion des ressources et qui alimente les banques partenaires.

A travers la signature de ce mémorandum dont le chef de l’État a été témoin, le gouvernement togolais veut apporter des solutions durables aux défis de transformation de l’agriculture pour en faire davantage, le levier de création de richesses, d’emplois décents puis de redistribution des fruits de la croissance, afin de contribuer à la réduction de la pauvreté dans le secteur agricole et rural.

Pour rappel, cette volonté politique du chef de l’État, a été traduite dans le PND en son axe 2 qui est consacré au développement des pôles de transformation agricole, manufacturiers et d’industries extractives.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here