Faure Gnassingbé inaugurant le marché moderne de Kougnohou en 2016.- Image d'illustration, Dr

La ville de Tsévié, située à 35 km de Lomé devrait disposer d’un nouveau marché en septembre 2020. C’est ce qu’a promis une délégation de la coopération allemande suite à une visite dans la localité, le 07 février 2020.
« Il y a un petit retard, mais on va pouvoir ouvrir le marché au troisième trimestre », a laissé entendre John Ulrich, chef projet de la GIZ.

Ce marché est financé à 7,8 milliards de franc cfa par l’Agence allemande de coopération internationale pour le développement (GIZ) et à 1,2 milliard par l’état togolais.
Il est également prévu, via le programme d’appui à la décentralisation (PAD), l’aménagement d’équipements publics dans les villes de Tsévié, Kpalimé et Sokodé.
Au cours de ses derniers mois, le gouvernement togolais à beaucoup investi dans la construction des ouvrages marchands que ce soit dans la capitale Lomé ou à l’intérieur du pays.
Certains de ses marchés ont été déjà réceptionnés et d’autres sont en phase d’exécution. Tout ceci pour le bien des populations.
Ainsi dans la préfecture de Blitta un marché de type préfectoral a été construit par l’état à travers le Programme d’urgence de développement communautaire (PUDC). Le coût de la construction s’élève à 445 millions de francs CFA.
À Koundjouaré, dans la préfecture de Kpendjal, a été également implanté un marché de type préfectoral à hauteur de 362 millions de franc cfa, entièrement financé par le Programme d’appui aux populations vulnérables (PAPV).
A Adéta dans la préfecture de Kpélé1, il a été mis en place un marché moderne, d’un coût de 340 millions de franc cfa et financé par le gouvernement Togolais.
La communauté d’Asrama dans la préfecture de Haho devrait également disposer d’un marché cantonal dans les mois à venir. Le coût de la construction s’élève à 200 millions de franc cfa.
L’état a aussi mis en place à Elavagnon dans la préfecture de l’Est-Mono, un marché préfectoral moderne, d’un coût de 450 millions de franc cfa.
Le marché d’Adawlato (grand marché de Lomé) quant à lui devrait être aussi reconstruit dans dix-huit (18) mois. 11 milliards 489 millions 994 mille 454 franc cfa, devront être mobilisés pour la réhabilitation de ce marché, le plus grand du pays.
Toutes ses infrastructures visent d’une part l’amélioration du cadre de travail des commerçants et l’occupation anarchique dans les marchés. Et d’autre part, elles permettent de sécuriser les marchandises face aux intempéries, tout en favorisant des activités économiques dans les ces zones abritant les marchés.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here