La conservation des matières premières et le manque de marchés pour les écouler sont les principales difficultés auxquelles sont confrontés beaucoup de producteurs agricoles togolais. Remédier à cette contrainte, Amina Aziz Ouro-Agoro en a fait un combat personnel à travers son entreprise ‘’Minagro-Group’’.

Après des stages dans plusieurs entreprises de la place, avec son Brevet de Technicien Seupérieur en Commerce International, Amina décide de se rendre utile pour sa communauté. « Dans mon village j’ai vu que les productrices ont des difficultés à écouler leurs matières premières» a t-elle confié à la rédaction d’Afriside.

Elle fait ses premiers pas dans l’entrepreneuriat en 2013, avec le soutien du Fonds d ‘Appui aux Initiatives Economiques des Jeunes (FAIEJ) , en transformant les tubercules comme l’igname, le manioc, le taro, la patate douce et la banane plantain, en farines naturelles sans gluten. « Depuis 2013, que nous avons commencé notre activité, nous avons constaté que les matières premières n’avaient pas une longue durée de vie au niveau des producteurs. Les produits sont abondants au cours d’une période donnée, et presque 30 à 45% de ces matières premières pourrissent parce que les techniques de conservation ne sont pas efficaces », a t-elle expliqué.

Les farines de Minagro existent sous plusieurs gammes comme la farine d’igname, de banane plantain, la farine panifiable de manioc, la farine de patate douce, la farine infantile multivita, la farine de riz local, du haricot et  de gari. Elle sont utilisées dans les  boulangeries, les pâtisseries mais aussi dans la restauration.

A en croire la promotrice de Minagro Group, les farines sont naturelles avec une réduction du taux d’amidon et ne contiennent aucun conservateur chimique. Minagro-group travaille avec l’Institut Togolais de Recherche Agronomique (ITRA) pour assurer la qualité de ses produits.

 La recherche du marché était la principale difficulté à laquelle la jeune entrepreneure a été confrontée à ses débuts mais aujourd’hui, elle se réjouit que ce soit les marchés qui viennent vers elle. « ça n’a pas été aisé de trouver le marché et de convaincre les populations à consommer le « Made in Togo, mais avec le soutien des parents, et aussi de quelques coaches et marraines, j’ai vu que je n’ai pas perdu du temps. Je continue toujours par apprendre pour améliorer ce que je suis entrain de faire», a-t-elle déclaré.

Pour elle, les sept années derrière elle étaient plutôt des défis à relever et non des échecs. « Elles m’ont permis de faire des prototypes vraiment confirmés pour le marché togolais mais aussi international que je vise », a-t-elle signifié.

Minagro Group transforme une à trois tonnes de matières premières par semaine et cette production varie en fonction de la demande.  L’entreprise envisage doubler voire tripler sa production dans les cinq prochaines années et servir de relais aux agriculteurs en produisant des farines locales pour tous les pays de la sous-région. Elle compte également industrialiser son entreprise car la plupart des productions se font avec des équipements basiques.

Pour Amina Ouro-Agoro, l’entrepreneuriat reste une passion qui lui a valu des reconnaissances; Amina a reçu le deuxième prix du concours meilleur entrepreneur en 2018 et elle a également eu l’opportunité d’exposer ses produits à des rendez-vous commerciaux en Allemagne, en Belgique, au Rwanda et en Égypte. Elle a aussi représenté le Togo au 17e forum de la loi sur la croissance et les opportunités d’affaires en Afrique (AGOA), à Washington en 2018.   

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here