Le Conseil national de lutte contre le sida et les Infections sexuellement transmissibles (CNLS-IST) élabore un nouveau plan stratégique national (PSN) de lutte contre le VIH Sida et les IST pour la période de 2021-2025.

Ce plan doit inclure les défis d’intégrations des interventions programmatiques, l’investissement sur des interventions à haut impact ou encore les nouveaux défis et objectifs définis par l’Onusida.

Ainsi, cela devra permettre au Togo d’atteindre en priorité quatre résultats d’impact selon  le coordonnateur national du secrétariat permanent du CNLS/IST, Professeur Vincent Picthé. Il s’agit de la réduction d’ici 2025 à 75% des nouvelles infections  et à 80% le taux de mortalité des personnes vivant avec le VIH (PVVIH).

La CNLS/IST souhaite également que d’ici 2025, l’environnement social, politique et juridique soit favorable à l’accès et à l’utilisation continue des services VIH pour les populations et les PVVIH. Enfin, elle veut que la gouvernance de la riposte au VIH et au SIDA soit performante à l’horizon 2025.

Quant au PSN 2016-2020, il a permis de faire le suivi des principaux indicateurs programmatiques et d’offrir des services de préventions aux différentes populations cibles de la riposte nationale . Aussi grâce ce plan, 77 % des femmes enceintes séropositives attendues sous ARV ont jouit des soins et services dans la prévention de la transmission de la mère-enfant (PTME) avec une couverture géographique à plus de 90 %.

Dans le cadre du plan couvrant l’année 2016-2020, des actions ont été menées pour lutter contre  la stigmatisation et la discrimination grâce aux activités de l’observatoire national de lutte contre la stigmatisation et la discrimination, le ministère de la justice et l’ensemble de la société cible et des religieux.

L’élaboration de ce plan à l’horizon 2025 a été faite au cours d’un atelier de validation le 13 mars 2020 à Lomé. Il a vu la participation des acteurs de la CNLS-IST et de l’ONUSIDA. L’atelier a été ainsi organisé afin d’avoir le consensus de tous les acteurs de mise en œuvre.

Cela va leur permettre  de discuter sur les différentes parties du document afin d’obtenir un consensus national et faire des recommandations pour son amélioration.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here