Sélom Klassou et Aliou Dia. Photo: @AliouMdia

Le programme des nations unies pour le développement (PNUD) a exécuté à 97% ses différents programmes en faveur du Togo en 2019. En 2020, il fait le pari d’atteindre les 100% d’exécution. C’est ce qu’a laissé entendre le représentant résident du PNUD au Togo, Aliou Dia lors du 1er Coffee Time 2020 à Lomé.  

« Le PNUD Togo entend demeurer le partenaire privilégié du Togo pour la réalisation des objectifs nationaux de développement orientés vers la lutte contre la pauvreté et l’atteinte des Objectifs de développement durable (ODD) », a déclaré Aliou Dia

Au Togo depuis 1966, le PNUD  a signé avec le gouvernement un accord de base le 21 mars 1997. Il a entamé le programme de pays (CPD 2019-2023) qui s’aligne sur le Plan national de développement (PND 2018-2022), le Plan-cadre des Nations Unies pour l’aide au développement (PNUAD 2019-2023) et le Plan stratégique du PNUD pour 2018-2021.

Le CPD se base sur trois piliers notamment le renforcement de la gouvernance et l’état de droit, la consolidation de la paix ; la promotion de la croissance pour tous et l’accès de tous aux services de base et la promotion de la gestion durable des ressources naturelles et la résilience face aux changements climatiques et aux catastrophes.

Avec le gouvernement togolais, le  PNUD a initié plusieurs projets pour le bien-être des populations mais aussi pour le développement du Togo.

Il s’agit entre autres de l’Accelerator Lab, le projet de développement des écovillages, le projet de préparation de la Quatrième communication nationale et le deuxième rapport biennal actualisé sur les changements climatiques, le programme d’urgence de développement communautaire, la création d’emplois et de revenus et le projet d’appui à la réforme et la modernisation de l’administration publique.

Lancé décembre  2019, l’Accelerator Lab a pour but de stimuler le développement par les innovations technologiques. Ses activités se base sur trois volets notamment la ville durable ;  la gestion des déchets et l’amélioration de l’Etat civile. Il  a permis au PNUD de recueillir des propositions de solutions sur lesquelles travaillent un groupe d’Expert.

Le projet de développement des écovillages vise une première phase d’extension de l’initiative et couvre les villages de Zanvé (préfecture des Lacs), de Klotchomé (préfecture de Haho), de Doufouli (préfecture de Blitta), de Amondé (préfecture de la Binah) et de Nassiete (préfecture de Tandjoare). Ce projet promeut  un développement local du terroir sobre en carbone, résilient aux effets du changement climatique et bénéfique à l’environnement global à travers les Ecovillages.

A terme, il va permettre l’accès à l’énergie renforcée en milieu rural à travers la réalisation de cinq mini centrales solaires pour la transformation des produits agricoles et l’éclairage public ; l’accès à l’eau potable amélioré à travers la réalisation de cinq forages à pompe solaire et à grand débits ; de réaliser et de mettre en œuvre cinq (5) plans locaux de développement et améliorées les conditions  de vie de plus de 10mille personnes des zones rurales à travers l’augmentation de leurs revenus et un cadre de vie décent.

Le projet de préparation de la quatrième communication nationale et le deuxième rapport biennal actualisé sur les changements climatique, a permis au PNUD et  le Fonds pour l’environnement Mondial (FEM), de mobilisé 852.000 USD pour renforcer la résilience des populations aux changements climatiques et aux risques de catastrophes. Le PNUD a  aussi conjointement avec l’UNICEF mobilisé auprès du Fonds des Nations Unies pour la Consolidation de la paix, 2.7 millions USD  pour le  projet  intitulé « Renforcement des capacités nationales et communautaires de prévention des conflits et violences et la protection des droits de l’homme au Togo ».

L’accès aux services sociaux de base est défavorable dans les zones rurales. Le taux net de scolarisation est de 91,2% à Lomé, 91,2% dans les autres villes alors qu’il se situe à 81,5% dans le milieu rural. De même, en milieu rural, seuls 7,6% des malades fréquentent les hôpitaux ou cliniques contre 41,1% dans les autres milieux urbains (en dehors de Lomé).

Depuis cinq ans, le Togo a lancé un certain nombre de programmes orientés vers le développement social et le développement à la base, ciblant particulièrement les femmes, les jeunes, les agriculteurs et artisans. Cependant, la couverture géographique du territoire national par ces programmes reste insuffisante, leur coordination souvent faible et leurs synergies peu exploitées. De même, il existe peu d’outils de mesure et d’évaluation systématiques de leur accès.

C’est dans ce contexte que le gouvernement togolais a décidé d’élaborer et de mettre en œuvre le Programme d’urgence de développement communautaire (PUDC) et a sollicité l’accompagnement du PNUD pour son élaboration et sa mise en œuvre. Ce  projet phare  a permis d’améliorer les conditions de vie d’environ 25 % de la population en facilitant l’accès à la santé, à l’éducation et aux transports.

Le projet Création Emplois et Revenus traite de la problématique de l’emploi au niveau institutionnel et développe des initiatives en vue du renforcement des capacités, de l’employabilité et de la promotion de l’entrepreneuriat et de l’auto-emploi pour les jeunes et les femmes en milieu rural.

En matière de création d’emplois, l’appui du bureau a permis la création de 741 emplois à temps partiel et 330 emplois à plein temps dont 35,76% pour les femmes ; 33,4% des emplois à plein temps ont été créé dans le cadre de la gestion durable des ressources naturelles.

L’appui à l’autonomisation économique des femmes et jeunes s’est poursuivi en 2017 et a permis la création de 118 emplois à plein temps supplémentaires soit une augmentation de 28% d’emplois créés par rapport à 2016.

Dans le domaine de la formation, les interventions du PNUD, avec le volontariat national  a permis la formation de 183 jeunes dont 29 femmes en technique de création d’entreprise et 34 jeunes  en techniques Agropastorale ; avec le Fond d’Appui aux Initiatives Economique des Jeunes (FAIEJ) 217 jeunes et femme ont été formés en techniques de création et de gestion d’entreprise et en qualification métier.

Il faut souligner que le PNUD reste un acteur principal de la réussite du plan national de développement (2018-2022), lancé officiellement par le gouvernement togolais en mars 2019.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here