Le challenge de l’économie togolaise, c’est de capter les investissements extérieurs. Le pays a une économie tournée vers l’extérieur. Selon la représentation nationale du Fonds mondial international (FMI), la croissance est stable au Togo.

Cette stabilité de la croissance profite bien au secteur privé. Selon la lecture faite par la représentation nationale du FMI, la production industrielle est stable, le secteur de la construction reprend, une reprise traduite par la production du ciment. Le secteur des services est en bonne forme avec la hausse des prestations.

Côté dette publique, le gouvernement fait des efforts pour là aussi rester stable. Le secteur bancaire reste également stable, avec une qualité de portefeuille. Même si au premier semestre, il a été remarqué un décrochage, c’est la stabilité qui caractérise pour l’heure l’économie nationale. L’inflation, elle est aussi en légère baisse.

Ces informations permettent de disposer d’outils pour lire les perspectives économiques. Le Togo a été classé meilleur réformateur de la sous-région par le rapport Doing Business 2020. Ce résultat a été enregistré avec plusieurs réformes en faveur du secteur privé. Le FMI voit les choses de la même manière. Selon l’institution, le secteur privé continue d’être le meilleur financier de l’économie nationale.

Le défi pour l’économie togolaise, c’est sa résilience face à l’impact de la frontière Nigeria/Bénin ; et surtout les prochaines échéances électorales. Lors du lancement du rapport pays de Doing Business, le Président Togolais Faure Gnassingbé, a justement souhaité que la période des élections ne vienne pas ralentir l’élan du pays. Il avait alors émis le vœu de voir ces élections se tenir le plus tôt pour laisser place au travail.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here