A l’image d’un État démocratique, les critiques vont bon train au Togo à peine la révision de la Constitution a été adoptée. Si pour certains la suppression d’ « En aucun » est une façon  astucieuse trouvée par les députés pour permettre au président, Faure Gnassingbé (Photo) d’égaler au nombre du mandat que son défunt père à la tête de la magistrature suprême, pour d’autres c’est le nouvel article 75 qui les dégoute. Ils soutiennent que cette disposition de la loi togolaise encourage le Chef de l’État à l’impunité. Est-ce exactement ce que dit la nouvelle constitution togolaise ?  Que dire de la corrélation qui existe entre les articles 75 et 127 de la constitution révisée ?  Des questions qui méritent d’être clarifiées pour permettre de mettre plus que jamais le Togo sur les rails d’une démocratie sans faille.

C’est un secret de polichinelle !  Après l’opérationnalisation des réformes constitutionnelles et institutionnelles, les critiques ont commencé et continuent par fuser de partout. Sur les réseaux sociaux par exemple, les activistes de l’opposition chargent les parlementaires d’avoir voté des textes qui vont exclusivement dans l’intérêt du parti, Union pour la République (UNIR). lire la suite

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here