Des femmes Togolaises, regroupées au sein de plusieurs associations et organisations de défense des droits de l’homme plaident aussi pour le report des élections législatives. Un cri qui intervient à 72heures du scrutin fixé au 20 décembre 2018.

Elles réclament l’inclusion, la sûreté et la sécurité de tous les acteurs et d’agir selon l’aspiration du peuple togolais qui veut des élections inclusives, apaisées.

Il s’agit de la Marche mondiale des femmes du Togo (MMFT), du Réseau des femmes musulmanes d’Afrique, Bureau-Togo, du Réseau paix et sécurité pour les femmes dans l’espace CEDEAO, (REPSFECO-TOGO) et des Femmes, droit et développement en Afrique, branche Togo.

Ces membres disent lancer ainsi, ‘’un cri de mères’’ à  l’ endroit des acteurs  politiques.

« Ce réseau veut faire savoir au monde entier que les femmes togolaises ne sont pas restées inertes tout au long de cette crise. Elles veulent aussi prouver qu’elles ont collaboré pacifiquement et qu’elles vont travailler tout parti confondu dans toutes les délégations pour qu’il y ait apaisement », a souligné Jeannine Agounké du REPSFECO-TOGO. Lire la suite ici.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here