Elles sont 201 femmes sur les 890 candidats à se présenter aux élections législatives du 20 décembre prochain. Soit 9% de plus qu’en 2013 où elles n’étaient que 159.

C’est le jeune parti Cercle des Leaders Emergents (CLE) de Me Agnina qui arrive en tête des formations ayant promu les candidatures féminines, avec 36 femmes sur ses listes. Il est suivi par l’UFC de Gilchrist Olympio avec 33 femmes et UNIR 22. Le NET a positionné 11 femmes et la CPP 10. Tous les autres partis politiques et listes indépendants présentent moins de 9 femmes sur l’ensemble de leurs candidatures.

 Même si la loi sur la parité n’est pas encore une réalité et que les différents discours des politiques sur l’égalité du genre restent toujours des slogans, il faut cependant noter que contrairement aux pratiques antérieures, les femmes sont dans des positions éligibles pour ces élections. Ainsi, recense-t-on par exemple 18 femmes têtes de listes. Dont 5 positionnées par UNIR dans les circonscriptions électorales d’Assoli, de Bassar, du Kloto, de Doufelgou et du GrandLomé ; et 3 par l’UFC à TôneCinkassé, Oti/Oti Sud et Grand Lomé.
Les autres partis politiques et listes indépendants participants à ces élections ont positionné en deçà d’un total de 9 femmes. Lire la suite ici

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here